La chaire MPDD est née d’un diagnostic partagé par le CIRED, le CMA et leurs partenaires industriels et institutionnels sur le fait que :

  • relever les défis du développement durable exige de travailler sur des « états du monde » futurs et de détecter les points de bifurcations qui permettent ou interdisent leurs réalisations. Ceci ne peut se faire par simple juxtaposition de dires d’experts venant de disciplines différentes, de conjectures intuitives et de jugements normatifs

  • la modélisation prospective est un outil nécessaire pour produire des images diverses mais cohérentes du futur et pour soutenir des débats scientifiquement informés intégrant les apports des sciences de l’ingénieur, des sciences économiques et des autres sciences sociales

  • des progrès sont nécessaires pour représenter les interdépendances entre le secteur énergétique et les autres secteurs clefs pour un développement durable (transport, construction, industrie des matériaux) de même que les liens entre les dossiers climat, sécurité énergétique, développement et migrations, mutation des systèmes techniques et des modes de consommation, enjeux de croissance et d’emploi en économie ouverte

Depuis dix ans la Chaire a su mobiliser les compétences complémentaires de ses deux laboratoires pour devenir une marque reconnue internationalement, comme en témoignent les succès des colloques ou séminaires qu’elle a organisés, l’ensemble de ses publications, les interventions de ses directeurs dans des médias et des cercles d’expertise nationaux et internationaux. Elle fournit aujourd’hui quatre des cinq français retenus pour le sixième rapport du Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Évolution du Climat (GIEC).

La Chaire a été reconduire pour la période 2019-2023 en reformulant ainsi ses objectifs :

  1. Dynamique de la demande
  2. Tensions sur les ressources
  3. Enclenchement et gestion des transitions
  4. Influences internationales

Pour en savoir plus

Consolider une plate‐forme d’outils de modélisation prospective pérenne comprenant les modèles des deux équipes enrichis au fur et à mesure de leurs développements, les procédures de dialogue entre ces modèles et un tableau synoptique standardisé d’exposé et de contrôle des résultats afin de permettre un dialogue plus efficace avec les utilisateurs des scénarios produits.

Renforcer le rôle de la Chaire comme pôle d’animation à travers des journées de restitution annuelle des travaux en cours (deux par an, dont une en partenariat avec les partenaires mécènes) et les séminaires de la Chaire sur les enjeux et politiques du développement durable. Les séminaires de la plateforme de modélisation sont dédiés à des discussions techniques pointues et sont restreints aux partenaires de la chaire et leurs invités (sous réserve d’approbation préalable en Comité de Suivi). Les autres sont largement ouverts aux scientifiques, responsables d’administrations publiques, partenaires sociaux et représentants des ONG. Ils comporteront des points d’étape GIEC pour permettre aux acteurs français de se saisir à temps de la réalité des débats internationaux. Des sessions spéciales de ces séminaires constitueront un lieu d’échanges « prospective France » accompagnant les débats sur loi de transition énergétique. Elles permettront une discussion des scénarios mobilisés par l’administration avec les contre-points fournis par les scénarios des équipes de la Chaire et ceux d’autres équipes productrices de scénarios de transition.

En savoir plus

Consolider le rôle de la Chaire dans la formation de haut niveau à la prospective par le biais du Mastère OSE et du Master EEET au travers du financement et de l’organisation de cours.